L'avènement d'un éminent juriste

1884
Charles Evans Hughes rejoint le Cabinet Chamberlain, Carter & Hornblower à l'issue de ses études de droit à la Faculté de Columbia.

1888
Charles Evans Hughes est nommé associé. Hughes est de plus en plus considéré comme un « éminent juriste ». Les magistrats accordent une attention particulière à son travail et lui confient des dossiers très litigieux ou particulièrement délicats. Remarqué pour sa capacité à rétablir les faits, son indépendance et son intégrité, il va diriger successivement plusieurs enquêtes dans les secteurs des services aux collectivités et des assurances.

Les premières années

1905
Charles Evans Hughes dirige avec succès plusieurs enquêtes, en particulier l'enquête Armstrong dans le secteur des assurances, et se forge une réputation sur le plan politique. Le Président Theodore Roosevelt l'encourage à se présenter au poste de gouverneur de New York.

1906   
Charles Evans Hughes est élu gouverneur de New York.

1910   
Après deux mandats de gouverneur, Hughes est nommé à la Cour Suprême des États-Unis par le Président William Howard Taft.

1916
Charles Evans Hughes démissionne de la Cour Suprême pour se présenter aux élections présidentielles face à Woodrow Wilson. Après une courte défaite, il rejoint ses anciens associés.

1917 
Allen Hubbard, un camarade de promotion de la faculté de droit de Charles Evan Hughes Jr, rejoint le Cabinet et fait son apprentissage sous la houlette de Charles Evans Hughes Sr. Il dirigera le Cabinet en qualité d'Associé Senior trente ans plus tard.

1921-1925 
Charles Evans Hughes Sr. exerce les fonctions de Secrétaire d'État sous les Présidents Warren G. Harding et Calvin Coolidge.

1925 
Hughes rejoint le Cabinet en tant qu'associé.

1928
Francis Reed, un juriste d'entreprise renommé qui a lui aussi fait ses premiers pas sous la direction de Hughes Sr., rejoint le Cabinet. Il dirigera le Cabinet de 1959 à 1974 et aura une influence durable sur la culture du Cabinet, encourageant les avocats à garder leurs portes ouvertes et à s'appeler par leurs prénoms respectifs.

1929 
Charles Evans Hughes Jr, qui est également associé du Cabinet, démissionne pour devenir "Solicitor General of the United States".

1930 
Hughes Sr. est nommé "Chief Justice of the United State", son fils démissionne de son poste d'Avocat Général pour rejoindre le Cabinet en tant qu'associé. On raconte que Learned Hand, l'un des grands magistrats du XXe siècle, aurait un jour déclaré que le plus grand juriste qu'il ait jamais connu était Charles Evans Hughes et que le fils de Hughes était encore plus remarquable.

1930’s 
Pendant la Grande Dépression, les faillites commerciales et les difficultés financières donnent lieu à de lourds contentieux et à d'importantes restructurations d'entreprises. Alors que la plupart des cabinets de Wall Street souffrent, la priorité accordée par Hughes au contentieu s'avère payante et le Cabinet se développe. Durant cette période, la Fox Film Corporation et son réseau national de salles de cinéma retiennent les services du Cabinet pour gérer la réorganisation de l'entreprise.

Un nouveau départ

Juin 1937   

Le Cabinet est dissous et reconstitué en l'espace d'une soirée. À l'époque, les médias attribuent cette dissolution à la volonté de Charles Evans Hughes Jr. de protéger son père, alors Président de la Cour Suprême, d'une attaque politique du Secrétaire au Trésor de Roosevelt contre l'un des associés du Cabinet.

10 juin 1937 

Le Cabinet Hughes, Richards, Hubbard & Ewing ouvre ses bureaux au One Wall Street avec huit associés et huit collaborateurs, tous issus du cabinet précédent. Il restera à la même adresse pendant plus de 50 ans. Dès le premier jour d'activité du Cabinet dans ses nouveaux locaux, Charles Hughes Jr. reçoit un appel du président de l'Aluminum Company of America lui demandant s'il accepterait de défendre son entreprise dans le cadre d'un procès antitrust intenté par l'Etat. Il s'agit de la célèbre affaire du monopole d'Alcoa, l'un des dossiers antitrust les plus célèbres de l'histoire américaine. L'affaire débute en 1937 et s'achève après la Seconde Guerre mondiale avec un total de plus de 40 000 pages de témoignages. Le gouvernement des États-Unis saisit la Cour Suprême en appel, mais le nombre de magistrats contraints de se récuser est tel que la Cour n'atteint pas le quorum. Pour la seule fois dans l'histoire, le Tribunal du Deuxième Circuit, présidé par Learned Hand, siège par désignation en tant que Cour Suprême.

Années 40   

L'affaire Chenery est engagée par la SEC pour contester l'émission d'actions privilégiées par la Federal Water Service Corporation. Le Cabinet défend Christopher Chenery, l'actionnaire majoritaire, en déposant deux recours devant la Cour Suprême. 

Années 50  

Le Cabinet représente la Ford Motor Company dans le cadre de la première offre publique d'actions par la Fondation Ford. Il s'agissait à l'époque de la plus grande offre publique de l'histoire. Entre 1959 et 1965, la Fondation Ford procèdera à six ventes de titres pour un total de 19 millions d'actions. Dans chaque cas, le Cabinet interviendra en tant que conseil auprès de l'entreprise.

Années 60  

Le Cabinet assure la défense de grandes entreprises pharmaceutiques pour avoir prétendument fixé de manière artificielle le prix du vaccin Salk contre la polio lors du procès intenté par le gouvernement américain.

1962
Hughes Hubbard recrute Amalya L. Kearse, juge à la Cour Fédérale d'Appel pour le deuxième circuit. Mme Kearse sera nommée associée du Cabinet en 1969 et deviendra ainsi la première Afro-Américaine nommée associée dans un grand cabinet de Wall Street.

1966   

Afin de mieux répondre aux besoins d'un nombre croissant de clients internationaux, Hughes Hubbard ouvre un bureau à Paris. 

1968   

Le Cabinet devient Hughes Hubbard & Reed.

Années 70  

L'affaire Pinto fuel tank, premier cas de mise en accusation d'une société au pénal, aboutit à l'acquittement de la Ford Motor Company qui était accusée d'homicide par négligence.

La liquidation de Weis Securities est le premier cas de liquidation d'une société du NYSE réalisée en vertu de la loi de 1970 sur la protection des investisseurs en valeurs mobilières (SIPA). Cette liquidation reste l'une des plus importantes réalisée à ce jour au titre de la législation SIPA.

Hughes Hubbard & Reed représente Frank Lorenzo de Texas International Airlines dans le cadre de sa tentative de rachat de National Airlines, ainsi que Mary Wells dans le cadre d'une opération de MBO sans précédent, celle-ci ayant privatisé son agence de publicité cotée en bourse - Wells, Rich, Greene -  essentiellement en vendant des obligations non garanties aux actionnaires.

Le Cabinet dirige la défense de Broadcast Music, Inc. à la suite d'une plainte de l'industrie de la radiodiffusion dans une affaire qui sera portée devant la Cour Suprême.

1972  
Le Cabinet ouvre des bureaux à Washington D.C. et à Los Angeles.

Années 80  
Hughes Hubbard & Reed assure la défense de Hallmark Cards dans plusieurs centaines d'affaires qui font suite à l'effondrement des passerelles du Hyatt Regency de Kansas City, un hôtel appartenant à une filiale de Hallmark.

Le Cabinet intervient dans le cadre de la prise de contrôle hostile de Martin Marietta par Bendix, une affaire devenue célèbre pour son utilisation de la « défense Pac-Man. »

Le Cabinet joue deux rôles majeurs dans la privatisation de Conrail : celui de conseil de Goldman Sachs, alors conseiller financier du ministère des Transports, puis plus tard, celui de conseil auprès du vaste syndicat de preneurs fermes lors de l'introduction en bourse record de 1.65 milliard de dollars (la plus importante de l'histoire des États-Unis à l'époque).

1987

Face au nombre croissant de clients ayant des intérêts commerciaux en Amérique latine, Hughes Hubbard & Reed ouvre un bureau à Miami afin de proposer des prestations uniques alliant son expérience de Wall Street et sa maîtrise du droit international.

Années 90  
Le cabinet représente Coopers & Lybrand dans le cadre de sa fusion historique avec PriceWaterhouse & Co, aujourd'hui PricewaterhouseCoopers LLP. 

Le Cabinet défend avec succès le New York Blood Center, l'un des plus grands organismes à but non lucratif de collecte et de distribution de sang aux États-Unis, dans plusieurs affaires de VIH et d'hépatite C survenues à la fin des années 90.

1995  
La National Organization for Women rend hommage à Hughes Hubbard & Reed pour son bilan en matière de promotion des femmes à des postes à responsabilités.

Briseur de "plafond de verre" et reconnu pour sa gestion des affaires « hors normes » par The American Lawyer

1999  

Le Cabinet fait tomber le "plafond de verre" en nommant Candace K. Beinecke, avocate en droit des affaires, à la présidence de Hughes Hubbard & Reed, ce qui fait d'elle la première femme à la tête d'un grand cabinet new-yorkais.

2003  

Le Cabinet ouvre deux nouveaux bureaux, l'un à Tokyo et l'autre à Jersey City, NJ.

2007 

Hughes Hubbard & Reed remporte un verdict unanime en faveur de la défense au nom de son client de longue date Merck & Co, Inc. dans le cadre du premier procès en responsabilité concernant le produit Vioxx intenté dans le Comté de Madison III, d'ordinaire favorable aux plaignants. Merck annonce une résolution inédite d'environ 60.000 plaintes, couronnant ainsi une initiative vieille de six ans (largement considérée comme une victoire majeure pour le groupe pharmaceutique).

2008  

Le Cabinet représente les administrateurs dans le cadre de la procédure de liquidation de 123 milliards de dollars de Lehman Brothers la plus grande faillite de l'histoire.

2011  

Le Cabinet représente les administrateurs dans la faillite de 40 milliards de dollars de MFGlobal Inc, la plus importante faillite d'une société de courtage de matières premières et la huitième plus grande faillite de l'histoire.

2012  

Le Cabinet ouvre un nouveau bureau à Kansas City. 

2014  

Hughes Hubbard plaide avec succès devant la Cour Suprême des États-Unis dans ce qui s'avère être la première affaire en matière d'arbitrage de traité examinée par cette instance.
Le Cabinet remporte deux victoires totales consécutives concernant le bois d'œuvre résineux pour le compte du Gouvernement du Canada dans deux procédures d'arbitrage d'État à État menées par la LCIA et portant sur un litige qualifié par The Economist de « plus grande bataille commerciale de la planète ». 
Le Cabinet remporte le premier trophée Legal 500 United States Award dans la catégorie  « Arbitrage international - Équipe de l'année. »
Hughes Hubbard & Reed représente Merck dans le cadre de son acquisition de Cubist Pharmaceuticals,  Inc. pour 9,5 milliards de dollars et d'Idenix Pharmaceuticals Inc. pour 3,85 milliards de dollars.    

2015

Le Cabinet obtient une décision favorable des tribunaux du Delaware et de Toronto dans un procès transfrontalier simultané, le premier du genre.
Hughes Hubbard & Reed représente Fibria dans le cadre de son opération de financement de 900 millions de dollars, la transaction est élue « Opération de financement du commerce de l'année 2015 » par Latin Finance.

Le Cabinet remporte une décision historique devant le Conseil des sanctions de la Banque mondiale.

2016  

Le Cabinet mène des enquêtes dans 90 pays et sur six continents depuis deux ans. 


Hughes Hubbard conclut un accord de coopération stratégique avec Saud Advogados, un cabinet d'avocats brésilien établi à Rio de Janeiro.


Le Cabinet obtient la première place sur la liste de la revue The American Lawyer pour son engagement pro bono aux États-Unis et est élu Cabinet  pro bono de l'année par Law 360.

2017

Le Cabinet remporte une victoire décisive (8 voix contre 0) à la Cour Suprême des États-Unis qui annule près de 30 ans de jurisprudence des instances inférieures interprétant la loi sur la juridiction des brevets. 

Au cours des cinq dernières années, 11 opérations menées par Hughes Hubbard ont été élues "Deal of the year " par la revue Airfinance Journal. 

Nous figurons sur la « Appellate Hot List » du National Law Journal, rejoignant ainsi un groupe restreint de cabinets ayant remporté de grandes victoires devant la Cour Suprême des États-Unis ou les tribunaux du circuit fédéral.

Le Cabinet intègre le classement GAR 30 et rejoint ainsi l'élite des 30 meilleurs cabinets d'arbitrage international au monde. Le GAR souligne notamment l'importance des efforts déployés par Hughes Hubbard pour les investisseurs ukrainiens en Crimée.

Hughes Hubbard obtient un score de 100 % déterminé par le "Corporate Equality Index" mis en place par la Human Rights Campaign Foundation en 2016, 2017 et 2018 et se maintient aux premières places du classement réalisé par The American Lawyer des meilleurs cabinets en matière d'engagement pro bono aux États-Unis. 

Le Cabinet reçoit conjointement le prix « Global Dispute of the Year: Transnational Litigation » décerné par The American Lawyer et le prix " Transatlantic Litigation Team of the Year " décerné par ALM Media pour son action dans le cadre du litige de 7,3 milliards d'euros entourant l'effondrement de Nortel Networks. 

Le Cabinet est cité par Global Restructuring Review parmi les 30 premiers cabinets pour les dossiers de restructuration et d'insolvabilité transfrontalières à travers le monde.

Le Cabinet est élu  « American's Law Firm of the Year» en reconnaissance de notre action sur certaines des transactions les plus innovantes de ces dernières années dans le secteur aéronautique.

Hughes Hubbard figure pour la 12ème année consécutive sur la liste A de la revue The American Lawyer parmi "the top firms among the Nation’s legal elite".

2018 

Hughes Hubbard & Reed est cité parmi les meilleurs cabinets pour les avocats issus des minorités dans l’édition 2018 du Diversity Snapshot de Law360. 

Nous sommes l’un des 11 cabinets d’avocats internationaux à avoir obtenu la certification Gold Standard de WILEF pour la 8ème année consécutive.

2019

Le cabinet figure pour la 13ème année consécutive sur la "A-List" de la revue The American Lawyer qui liste les meilleurs cabinets américains.

Pour la quatrième année consécutive, nous figurons dans le classement GAR 30 de Global Arbitration Review qui recense les 30 meilleurs cabinets d’arbitrage international au monde.